Quand j'ai une idée en tête, coûte que coûte, je ne recule devant rien.

Victor Cherbuliez ; L'idée de Jean Têterol (1878)

Comment commencer à écrire puis publier son livre,  en 11 étapes toutes simples ?

Pour beaucoup de gens, écrire un livre est un rêve de toute une vie, mais peu osent franchir le pas. Toutes les excuses sont bonnes : « Je ne suis pas écrivain. »  « Mon orthographe est nulle. »  « Personne ne va me lire. » « Je vais perdre mon temps. »  « Je n’ai pas le temps. »

Alors quelle est cette formule secrète que je vais vous proposer, et qui débloquera votre écriture ? Ahaha il n’y a pas de formule toute prête, sinon ce serait trop facile, n’est-ce pas ? De toute façon, nous n’en avons absolument pas besoin car le parcours de chaque écrivain est UNIQUE.

« Oser est le commencement de réussir. »

Raymond Brucker ; Maria (1841)

Les conseils que je partage (à la place d’une formule magique) sont issus de mon expérience d’écrivain en herbe.
Je sais qu’il n’est pas facile de se lancer car je l’ai vécu. La première fois qu’une amie m’a suggérée d’écrire un livre, j’ai pensé qu’elle n’était pas sérieuse. MOI écrire un livre ? Puis j’avoue que l’idée m’a séduite et j’en ai eu très envie. Mais beaucoup de pensées négatives me freinaient : je pensais que je n’étais pas à la hauteur. Mais voilà, aujourd’hui j’ai trois bonnes nouvelles pour vous.

  • La première bonne nouvelle est que je les ai vaincues (mes pensées négatives), car à ce jour j’ai publié 5 livres pour enfants plus un livre de coloriage.
  • La deuxième bonne nouvelle est que je ne suis pas exceptionnelle, car beaucoup d’auteurs ont dépassé leurs craintes et ont publié également.
  • La troisième bonne nouvelle est que vous aussi vous pouvez faire comme nous.

J’écris moi-même des livres jeunesse mais je me permets de partager mes petits conseils, car après tout écrire c’est écrire, quel que soit le genre.

1- Trouver une idée

On part du principe que vous souhaitez  écrire une histoire en vue de la partager.

La première chose dont vous avez absolument besoin pour écrire un livre, est bien sûr une idée. Si vous n’en avez pas, vous n’écrirez jamais, puisque vous n’avez rien à raconter. C’est aussi simple que cela.

Si vous avez plusieurs idées pour un livre, il va falloir en sélectionner une, celle qui vous passionne le plus, celle qui trouble votre sommeil :-)
Cela ne veut pas dire que vous jetez les autres idées à la poubelle. Gardez-les au contraire bien au chaud car elles vont constituer votre prochain livre. Ou bien vous pouvez aussi écrire 2 ouvrages à la fois, ce que je fais souvent.

2- Originaliser son idée

Une bonne idée est féconde comme une bonne terre.

Johann David Wyss ; Le Robinson suisse (1812)

Il ne faut pas se faire d’illusion, tous les thèmes ont déjà été abordés en littérature. Mais cela ne doit pas vous décourager. Ceux qui ont écrit avant vous n’étaient pas VOUS ! Vous avez un vécu qui est unique, ce qui va vous amener à voir et à écrire les choses sous un angle différent. Bref vous pouvez avoir un style bien à vous, des personnages crées par vous, votre rythme etc…

Quand je parle d’originaliser son idée, je veux dire par là qu’il va falloir trouver ce que votre récit va apporter de plus si vous le comparez aux autres récits du même genre qui existent déjà. Qu’est-ce qui fait votre différence ? Cette différence peut être votre style d’écriture ou une touche originale apportée à l’histoire.
Imaginez que vous deviez écrire une revue de presse pour promouvoir votre livre. Comment allez-vous présenter votre livre pour attirer l’attention des journalistes ? Qu’allez-vous mettre en avant ?

Mais en même temps il faut rester VOUS. Si écrire au sujet d’un extraterrestre psychopathe, une sorcière cannibale ou un unijambiste aveugle n’est  pas vous, ne le faites pas. Restez plutôt fidèle à votre fantaisie.

Vous me suivez ? Alors on continue.

3- Faire un plan

Organiser, ce n'est pas mettre de l'ordre. C'est donner de la vie.

Jean-René Fourtou

Faites un plan, et croyez-moi, ça aide beaucoup pour éviter stress et frustration inutiles. Votre plan n’a pas besoin d’être détaillé mais il devra contenir quelques grandes parties essentielles.
Pour faire ce plan voici une technique super simple que je recommande. En anglais on l’appelle les 5W + H (Who, What, When, Why, Where, + How). En fait il s’agit de répondre à 6 questions essentielles. Je vous montre avec un exemple fictif comment je fais :

1- Je résume l’histoire de mon livre en 1 phrase.
Un exemple : Deux enfants sont kidnappés à Paris.

2- Puis je réponds aux questions suivantes :
Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qui arrive aux personnages au cours de l’histoire ? Deux enfants sont kidnappés.
Où ? Le lieu ou une situation contextuelle. Sud de Paris.
Pourquoi ?  Pourquoi cela arrive aux personnages. Quelle est la problématique ? Le kidnappeur veut se venger de la mère. 
Qui ? Qui est impliqué? Les personnages ? Les enfants Lena et Fred, la mère, le kidnappeur, le complice, l’inspecteur Alistaire.
Quand ? Quand se passe l’action ? Durée de l’action ? Epoque, saison… Les enfants sont kidnappés une semaine durant les vacances d’été.
Comment ? Décrire les étapes de l’action. Le kidnappeur a minutieusement planifié le kidnapping des enfants et les a forcé à monter dans sa camionnette.  

3- Ensuite je commence à ajouter des détails au fur et à mesure.
Je décris les personnages physiquement ainsi que leur personnalité, plus d’informations sur le maison des enfants, les lieux, etc.

Il est important de noter qu’il s’agit d’une technique de BRAINSTORMING. Donc lorsque je réponds aux questions, je ne m’inquiète pas trop de savoir si mes idées sont parfaitement exprimées ou même si elles sont bonnes ! L’idée derrière le brainstorming est d’obtenir la quantité, pas la qualité. Il faut juste que les idées sortent !
Ce plan n’est que le début pour avoir une idée générale de ce que je vais écrire. Je vais bien entendu développer, détailler et affiner mon texte petit à petit.

4- Commencer à écrire

Vous savez de quoi vous voulez parler. Votre plan est fait grosso modo. Alors lancez-vous et écrivez, écrivez, écrivez !

Et ne vous inquiétez surtout pas de la façon dont vous écrivez au début, cela n’a vraiment aucune importance. C’est ce qu’on appelle les premiers jets. Le style, l’orthographe, les tournures de phrase… tout cela ne compte pas à ce moment là.
L’essentiel est de “cracher” les idées afin de remplir sa page et d’avancer. Après vous allez bien sûr revenir sur votre texte pour l’arranger et le peaufiner.

Parfois (souvent) l’inspiration arrive au moment où l’on s’y attend le moins, et elle peut disparaitre aussitôt. Donc dès qu’une idée arrive, emprisonnez-là en la notant tout de suite quelque part.. C’est ce que je fais toujours en utilisant la partie “note” de mon smartphone.

5- Se fixer un objectif

L’homme sans but est un navire sans gouvernail.

Caryle

Fixez-vous un objectif, sinon vous verrez que 10 ans plus tard, vous serez toujours en train d’écrire le même livre…

Maintenant que j’ai un peu plus d’expérience dans ce domaine, je me donne 1-2 mois pour terminer une histoire. Après, pendant un mois environ, je vais revenir dessus régulièrement pour changer, améliorer, affiner…
Ensuite je vais :
– faire corriger mon texte par un correcteur
– le traduire en anglais et décrire chaque illustration pour mon illustrateur anglophone
– faire illustrer mon livre
– chercher/trouver un professionnel pour formater mon livre
– télécharger mon livre sur la plateforme KDP (mais je ne le publie pas encore)
– commander des épreuves à Amazon, pour voir à quoi ressemble le livre avant de le publier (et déceler d’éventuelles fautes)
Entre temps j’ai préparé un résumé attrayant, j’ai cherché les mots clés à renseigner chez Amazon, j’ai fait de la pub sur les réseaux sociaux et mon site auteur….

Quand toutes ces étapes sont bouclées, je peux enfin soumettre mon livre à Amazon. Si tout est ok pour eux, ils le publient sur leur plateforme.

Total du début de l’écriture à la publication : 3 à 5 mois.

6- Trouver le temps pour écrire

Vous avez commencer à écrire, félicitations ! Maintenant il faut continuer. Sinon votre rêve d’être écrivain restera toujours… un rêve.

1- Considérez votre nouvelle activité comme importante et efforcez-vous d’écrire régulièrement, si possible tous les jours. Si besoin, organisez même un planning pour cela. Par exemple si vous avez une activité professionnelle, pourquoi ne pas prévoir de se lever 1 heure plus tôt juste pour écrire ? Le matin c’est parfait. Après une bonne nuit de sommeil, le cerveau est frais et dispo pour de nouvelles aventures.

2- Trouvez-vous un endroit tranquille pour écrire. Moi, pour pouvoir me concentrer, il me faut le silence absolu. Les enfants autour, le bruit de la télé fait que je perds mes idées et que j’ai du mal à me concentrer. Je progresse donc très lentement ou même pas du tout.
Je me lève donc avant tout le monde et je m’assoie tranquillement sur mon canapé dans le salon avec un délicieux thé chaud. Ce silence absolu est magique pour ma créativité.

Donc voilà, trouvez-vous un coin tranquille pour écrire. Invitez-y tout ce qui vous fera du bien : un chat, un hamster, un café chaud, des M&M’s… et ECRIVEZ !

7- Prendre des pauses bien méritées

Prenez un peu de repos, afin de finir plus vite.

George Herbert

Parfois on a l’impression que les pauses nous font perdre du temps. Ben c’est tout à fait le contraire ! Ecrire est une activité intense, alors notre pauvre cerveau mérite bien un peu de répit ! En permettant à son esprit de se reposer et de se ressourcer, on l’aide à être plus productif.

Rappelez-vous : La dopamine, essentielle à la créativité, est libérée dans notre cerveau lorsque nous sommes détendus et faisons des activités relaxantes comme écouter de la musique, cuisiner, et même prendre une douche. Donc lorsque nous sommes détendus, le cerveau fait le plein de ce neurotransmetteur du bonheur, et notre créativité se libère !

De plus, quand on reste longtemps le nez plongé dans ses écrits, on n’a pas le recul nécessaire pour pouvoir critiquer son travail et voir les choses sous un angle différent.

Mais quelle devrait être la durée de la pause ?
Il n’y a pas de règles, vous seul pouvez décider. Prenez simplement le temps dont vous avez besoin.
Et puisque les pauses sont essentielles, alors pas de culpabilité. Au contraire profitez-en à fond pour vous détendre avec votre famille et vos amis.

8- Rejoindre des groupes Facebook

Un peu d’aide nous fait grand bien.

Jean Frain du Tremblay (Deux serins)

Quand on débute en tant qu’écrivain, beaucoup de questions nous taraudent l’esprit :

  • Où trouver bêta-lecteurs et correcteurs pour regarder son texte
  • Quel statut avoir en tant que professionnel (les revenus de vente doivent être déclarés)
  • Sur quelles plateformes publier
  • Quand /Comment inscrire son livre à la Bibliothèque Nationale de France (oui oui c’est obligatoire) etc.

On a donc besoin de conseils pratiques, techniques… Et même parfois de soutien moral. Heureusement il y a beaucoup de groupes Facebook dédiés à l’écriture, qui peuvent aider les novices comme vous et moi. Cette communauté formidable pourra vous guider et même vous encourager.

9- Chercher des avis

La critique constructive est un levier du progrès.

Anonyme

Oubliez les avis de papa et maman qui  vous diront probablement que vous êtes le prochain Stephen King. Cherchez plutôt les avis de gens dont vous n’êtes pas proches et qui n’auront pas peur de vous faire des critiques sincères, objectives et constructives. Ces personnes sont des bêta-lecteurs, et pas de craintes à avoir, ils sont bienveillants pour la plupart. Leur but n’est pas de vous casser mais de vous aider.

Et bien entendu, soyez prêts à accepter les remarques et les critiques, c’est ce qui vous fera progresser. C’est toujours mieux qu’un bêta-lecteur vous dise en privé ce que vous avez à remanier (même si la liste est longue), plutôt que de voir par la suite des commentaires négatifs affichés publiquement sous vos livres publiés. Les lecteurs qui ont payé pour votre ouvrage ne vous feront pas de cadeau, et c’est votre réputation d’écrivain qui va en prendre en coup.

Alors les critiques ça peut faire mal au début, mais c’est tout à fait normal de commettre des erreurs puisque vous n’êtes pas nés écrivain. C’est un métier qui s’apprend. C’est comme cuisiner ou bricoler. Alors on pleure un bon coup et on repart.

Les critiques m’ont aidée à améliorer la qualité de mes livres jeunesse. Moins de descriptions inutiles, textes plus courts… Je voulais tellement “bien faire” que j’avais tendance à décrire ce que l’on voyait sur l’image, par exemple “elle avance timidement en tenant un verre d’eau”. Pourquoi l’écrire, alors qu’on voit clairement sur l’image qu’elle tient un verre d’eau ? Qu’est-ce que cela apporte à la lecture ? Rien sinon d’alourdir et de surcharger inutilement le paragraphe.

Personne n’est parfait… Être humble et se remettre en question prouve qu’on est sur la bonne voie pour devenir un meilleur écrivain.

10- Publier son livre

Votre bébé est prêt, CHAMPAGNE ! Vous êtes maintenant officiellement un auteur ou un autrice. Je ne vous raconte pas ma fierté quand j’ai terminé Cannelle et sa formidable maman, mon premier livre. J’en ai presque pleuré de joie.

Maintenant il va falloir que le monde entier découvre votre bijou, alors il faudra le publier. Pour cela vous pouvez choisir :

  • la maison d’édition : cela veut dire qu’il vous faudra envoyer votre livre à plusieurs maisons d’édition. Si une maison d’édition aime votre manuscrit, elle vous contactera. Il faut être patient et persévérant car les maisons d’éditions sont débordées, mais aussi très sélectives. Il y a peu d’élus.
    Si au bout d’un certain temps vous n’avez pas de réponses ou si vous obtenez des réponses négatives, ne vous découragez pas pour autant. On ne va quand même pas jeter tout ce travail à la poubelle. Vous pouvez alors les relancer, ou considérer l’autoédition.

Et d’ailleurs si cela peut vous consoler, sachez que l’auteure la mieux payée au monde actuellement, a soumis son premier livre à 12 maisons d’édition, qui l’ont toutes rejeté. Notez également que l’auteure qui a vendu le plus de livres au monde a attendu 4 ans avant qu’une maison d’édition accepte de la publier. Vous avez certainement deviné de quelles auteures je parle ? Si non, jetez un coup d’œil à la fin de ce paragraphe pour la réponse :-)

  • l’autoédition : vous publiez votre livre vous-même sur la plateforme de votre choix. J’ai choisi KDP de Amazon pour tous mes livres Cannelle. Les maisons d’édition s’occupent elles-mêmes du marketing de votre livre de A à Z. Par contre en autoédition, il faut faire tout le travail soi-même et tout seul :
    – Correction pro de son livre. Et selon le nombre de mots cela peut coûter très cher.
    – Faire soi-même ses illustrations, ou engager un illustrateur et un bon (croyez-en mon expérience, il y en a de très mauvais).
    – Créer/Dessiner une couverture attractive de son livre.
    – Mise en page et formatage du livre (afin qu’il ait les bonnes dimensions pour être imprimé).
    – Faire le marketing de son livre (publicité, promotion) : il faut être vu pour être lu.

Réponses : Agatha Christie est l’auteure qui a vendu le plus de livres au monde. On estime qu’elle a vendu plus de deux milliards de livres. Ses œuvres ont été traduites dans plus de langues que tout autre écrivain.
L’écrivain le plus riche est J. K. Rowling, l’auteure de la série Harry Potter. C’est vrai qu’il y a tous les dérivés du businesse Harry Potter, mais n’empêche qu’elle est considérée comme l’auteure la plus riche avec une fortune estimée à 92 millions de $.

11- Ecrire un second livre

Ce n'est pas la force, mais la persévérance, qui fait les grandes oeuvres.

Samuel Johnson

Si écrire pour vous est important, vous ne devez pas vous arrêter en si bon chemin. Vous avez beaucoup appris, et donc une bonne façon de mettre en pratique toutes vos nouvelles connaissances est d’écrire un second livre. Vous verrez que vous serez mieux organisé et plus efficace dans votre nouveau projet d’écriture.

Avez-vous remarqué que beaucoup d’auteurs devenus célèbres réécrivent et rééditent leur premier livre ? Pourquoi ? Parce qu’ils se sont améliorés et ne sont pas très fiers de de ce qu’ils ont produit au début.
Mais pour exceller dans un domaine, il faut pratiquer. Alors pratique, pratique, pratique, ou en d’autres mots, continuez à écrire.

Conclusion

Si l’envie d’écrire est bien là, j’espère que ce petit article vous boostera et vous donnera le courage de vous lancer dans l’aventure de l’écriture, et surtout d’aller au bout de cette magnifique aventure. Que risquez-vous vraiment à essayer ?
Et si malgré tout vous avez toujours peur d’être jugé, de ne pas être à la hauteur, je laisse le mot de la fin à Elbert Hubbard :

Pour échapper à la critique, ne rien faire, ne rien dire, n'être rien.

Elbert Hubbard

Written by : Rachelle Coulanges

Leave A Comment